» La Boutique

Lune rousse 2019 – erratum

 

En 2019, la lune rousse aura lieu entre le 5 mai et le 3 juin.

Dans le Calendrier Lunaire 2019, la lune rousse est indiquée avec un mois de décalage suite à une erreur effectuée sur la date de Pâques. Nous avons en effet indiqué le dimanche de Pâques au 24 mars au lieu du 21 avril… N’ayant réalisé cette erreur qu’une fois l’impression du Calendrier Lunaire terminée, nous n’avons malheureusement pu la corriger à temps et les dates de la lune rousse ainsi que celles de l’Ascension et de la Pentecôte s’en sont ainsi retrouvées affectées. En 2019, la lune rousse aura donc lieu entre le 5 mai et le 3 juin, tandis que l’Ascension aura lieu le 30 mai et le lundi de Pentecôte, le 10 juin.

Ce décalage de date n’a heureusement pas d’incidence sur le contenu général du Calendrier Lunaire 2019. En effet, les informations des courbes ainsi que les diverses dates et tableaux propres aux influences lunaires sont calculées indépendamment des dates de jours fériés, qui sont elles, seulement indiquées à titre informatif. Quoi qu’il en soit, nous vous présentons toutes nos excuses pour cette erreur qui n’a pas été corrigée à temps, et vous remercions pour votre indulgence.

 

Détermination de la date de Pâques

Par simplification, le dimanche de Pâques est généralement enseigné comme tombant le premier dimanche qui suit la première pleine lune de printemps. Ainsi en 2019, le printemps ayant eu lieu le 20 mars et la pleine lune le 21 mars (l’équinoxe a eu lieu le 20 mars à 22h58 et la pleine lune le 21 mars à 2h44) nous avons donc placé le dimanche de Pâques au 24 mars, puisqu’il s’agissait du premier dimanche suivant la première pleine lune du printemps…. Malheureusement, bien qu’astronomiquement correcte, cette méthode s’est avérée inexacte dans le cas de 2019. En effet, selon la méthode adoptée en l’an 325 lors du concile de Nicée : “Le jour de Pâques est célébré le dimanche qui suit le quatorzième jour de la Lune qui atteint cet âge au 21 mars ou immédiatement après“. 

En mars 2019, la nouvelle lune ayant eu lieu le 6 mars, le quatorzième jour de la lunaison correspondait au 20 mars. Comme instauré lors du concile de Nicée, la date du quatorzième jour ayant ainsi lieu avant le 21 mars, le dimanche de Pâques devait donc être repoussé à la lunaison suivante, soit celle du mois d’avril… Le dimanche de Pâques tombe ainsi le 21 avril cette année.

Lors du concile de Nicée, les autorités religieuses ont souhaité réunifier les différentes communautés chrétiennes en établissant une date de Pâques commune. Il fut ainsi décidé que cette fête soit célébrée le premier dimanche suivant la première pleine lune de printemps. La date de Pâques se devait donc par définition être une fête mobile. Mais de façon contradictoire, la méthode pour définir cette date mobile fut instaurée à partir de dates “fixes”. En effet, cette méthode de calcul se base sur une “lune moyenne fictive”, dont la pleine aurait invariablement lieu le quatorzième jour de la lunaison. Mais dans la réalité, la pleine lune peut tout aussi bien avoir lieu le quatorzième comme le quinzième voire même le seizième jour de la lunaison… D’autre part, la méthode instaurée par le concile de Nicée fixe invariablement le printemps et donc l’équinoxe au 21 mars, la raison en est probablement qu’au IVsiècle, l’équinoxe avait lieu le 21 mars. Cependant, il n’a pas été pris en compte que du fait de la précession des équinoxes (ce lent changement de direction de l’axe de rotation de la Terre), la date de l’équinoxe pouvait varier de quelques jours. Pendant le siècle à venir par exemple, l’équinoxe de printemps aura lieu le 20 mars (et même quelques fois le 19 mars lors de certaines années), ce n’est qu’en 2102 qu’il aura à nouveau lieu un 21 mars.

Ces différences entre la réalité astronomique et la fixité de la méthode instaurée lors du concile de Nicée, font qu’il peut y avoir un décalage assez important et pas toujours logique d’année en année entre la date de Pâques et le premier dimanche suivant la première pleine lune de printemps. 

 

Phénomène de la lune rousse

Le phénomène de la lune rousse trouve sa cause dans un équilibrage des températures entre le sol et les régions atmosphériques hautes. Quand le ciel est dégagé, les températures s’équilibrent par rayonnement et ce rayonnement est plus important au sol et sur les plantes que dans l’air. Pendant la période de printemps, la température de l’air peut ainsi être juste au-dessus de zéro alors qu’elle sera inférieure à zéro au niveau du sol et des plantes ; c’est dans ces conditions que l’on peut alors constater un roussissement des jeunes pousses, un peu comme si elles avaient été brûlées. Ce phénomène de régulation existe en permanence, mais c’est au printemps qu’il produit cet effet, à cause de la richesse en sève des bourgeons et à cause de la température du sol, encore basse. 

Il est également bon de se rappeler que les effets de la lune rousse sont des tendances et non des certitudes, qui se vérifiaient d’ailleurs beaucoup plus il y a quelques décennies qu’à l’heure actuelle…